Update lecture ღ May 2016

Je me rends compte, qu’en fait, chroniquer des lectures, ça prend beaucoup de temps. Au début, ça va toujours bien, on sent l’inspiration, la motivation mais au bout de quelques livres, je vois déjà que l’assiduité n’est plus ce qu’elle était. Le retard s’accumule et au final, il n’y a rien qui avance. Alors plutôt que de me forcer et culpabiliser, je me suis dit que j’allais opérer autrement: avec des updates lectures, moins contraignantes, quitte à m’atteler à une chronique plus complète si le livre m’inspire tout un commentaire.

Pour ce mois de mai, donc, voici ce qui est passé entre mes mains:

may2016

Tout ce que je suis (Anna Funder) – Editions 10/18 (2015) ★★★★☆

Roman à deux voix (celle de Ernst Toller en 1939 et celle de Ruth Wesemann en 2001) qui évoque le destin singulier d’hommes et femmes qui, en voyant la montée du nazisme en Allemagne, ce sont efforcés de protester avant d’être poussés à quitter le pays. Une part de l’histoire que l’on retrouve peu dans les romans – du moins, je n’en connais aucun autre – et qui est très intéressante. Si le départ est un peu perturbant (Ernst et Ruth raconte tous deux des événements qui se produisent avant 1939) parce que les protagonistes abordent le sujet à des moments très différents de leur vie, le décalage est vite intégré et, dès lors, on plonge en pleine période trouble de l’entre-deux guerres. On s’attache rapidement à ces êtres pleins de convictions et de courage, mais aussi humains et faibles, parfois. C’est un texte important qui éclaire une part d’ombre de l’Allemagne. Et bien qu’on connaisse dès le départ le destin tragique de certains des personnages, on ne peut s’empêcher de tourner les pages pour comprendre, pour savoir ce qu’ils ont traversés pour en arriver là où ils sont.

Gilead (Marilynne Robinson) – Editions Babel (2015) ★★★★☆

Ce roman-ci, je ne l’aurais certainement pas choisi en premier lieu. La couverture ne m’aurait pas attirée (et il faut bien l’avouer, si c’est l’histoire qui prime, c’est bien l’image qui happe le regard au départ) et le résumé, bien qu’agréable, n’aurait pas suffi à me le faire acheter. C’est donc tout aussi bien que je l’aie reçu dans une box livresque Exploratology (si vous ne la connaissez pas, je vous invite à aller découvrir le site magnifique qui fait rêver à lui tout seul), accompagné de jolies cartes, de délicieux thés et de biscuits savoureux, le tout adorablement emballé. Parce que je suis contente d’avoir pu suivre le récit du Révérend John Ames qui écrit à son tout jeune fils une longue lettre pleine de raison et d’âme. Loin de s’enliser dans des évocations religieuses qui auraient eu tôt fait de m’assommer, c’est une véritable méditation sur l’être humain et ses paradoxes qu’il évoque en parlant de son père et de son grand-père, tous deux très différents l’un de l’autre. J’ai particulièrement aimé la réflexion que le Révérend porte sur ses propres travers, ses propres faiblesses. C’est une narration très originale qui emporte loin. C’est un roman profondément humain que j’aurai plaisir à partager avec mes proches.

Haute-Pierre (Patrick Cauvin) – Editions Le Livre de Poche (1985) ★★★★☆

Premier livre à faire partie de ma bonne résolution de ne plus systématiquement acheter des livres et de plutôt me tourner vers la bibliothèque mais pas premier essai de lecture de Patrick Cauvin puisque j’avais déjà découvert son roman Venge-moi! qui m’avait énormément plu. Celui-ci ne fait que me conforter dans l’idée que c’est un auteur que j’apprécie beaucoup. Son écriture est simple mais efficace et ce roman centré sur une maison hantée était une très agréable lecture. J’ai particulièrement aimé les personnages et les évocations d’autres maisons et manoirs au passé mystérieux et inquiétant. Un roman qui se lit très vite et dont on ne demande probablement pas beaucoup plus. J’ai hâte de découvrir d’autres histoires de ce conteur de talent.

La grande nageuse (Olivier Frébourg) – Editions Folio (2015) ★★☆☆☆

Autre découverte via une box livresque (cette fois envoyée par Livre-mois), l’histoire de ce couple singulier formé par le narrateur et Marion, une jeune femme aussi à l’aise dans l’eau qu’une belle sirène. Je n’ai pas vraiment accroché à cette histoire parce que les thèmes et la façon dont ils étaient abordés ne m’évoquaient rien. La marine, la peinture, ça peut être passionnant mais dans ce cas-ci, ça ne m’a pas touchée. Pas plus que les personnages (difficile de s’attacher au narrateur et sa description de Marion ne permet pas vraiment non plus de développer quelque chose pour elle) ou leur histoire étrange et sans réel charme. Après, la plume était agréable, ce qui m’a permis de ne pas trouver la lecture déplaisante mais si le livre avait été plus épais, je ne suis pas certaine que j’aurais pu en dire autant. C’est précisément sa taille fine (176 pages) qui m’a poussée à me dire ‘allez, c’est pas grave, la prochaine sélection sera mieux‘. Après tout, c’est le jeu, on ne peut pas aimer tout ce que l’on reçoit et comme c’était le premier envoi de l’abonnement, j’attends de voir ce qui sera envoyé ensuite. (En vrai je l’ai déjà reçu mais pas encore lu, ce sera pour un prochain update lecture).

Nymphéas noirs (Michel Bussi) – Editions Pocket (2013) ★★★★☆

Enfin, pour ce premier update lecture, je termine avec un roman de Michel Bussi. A force de voir le nom de cet auteur un peu partout, j’étais curieuse de découvrir ses romans, d’autant que les résumés sont toujours très alléchants. Et que dire sinon que j’ai vraiment adoré ce livre. L’écriture peut paraitre simple, dépourvue de phrases alambiquées qui font parfois le charme de certains romans mais c’est justement cette aisance à rentrer dans le roman qui permet d’apprécier autant cette enquête sur fond de peinture et de nénuphars (comme quoi, là, la peinture ne m’a pas gênée du tout). J’ai trouvé Giverny très bien décrit et l’intrigue très prenante. J’avais lu que la chute était surprenante alors j’essayais de deviner la trame avant la fin et si quelques soupçons sont arrivés, c’est bel et bien juste avant de les voir confirmés. Un vrai page-turner que je regrette presque d’avoir loué au lieu d’acheter mais rien ne m’empêchera de le faire plus tard, après tout. En tout cas, je serai ravie de découvrir d’autres romans de cet auteur, surtout s’ils sont aussi surprenants!

Publicités

VENGE-MOI!

Editions Le Livre de Poche (2009) – 183 pages

RESUMEUne enfance, une adolescence à huis clos dans l’ombre étouffante d’une mère rescapée de la déportation et qui ressasse inlassablement ses souvenirs : la dénonciation, l’horreur des camps de concentration, la disparition de son époux… Un suspense surprenant où Patrick Cauvin jongle brillamment avec le pire jusqu’au dénouement… insoupçonnable.

AVIS: Dans ma quête de romans centrés sur la Seconde Guerre Mondiale ou ses rescapés, je suis tombée sur Venge-moi! qui m’a tout de suite intriguée et que je n’ai eu aucune peine à trouver en seconde main.

La première partie du roman est principalement axée sur le retour à Paris d’un petit garçon qui avait été envoyé à la campagne, chez sa grand-mère, pour échapper aux rafles qui sévissaient à l’époque. Au retour de sa mère, rescapée des camps de la mort, Simon retrouve l’appartement où il est né mais celui-ci va devenir un véritable cauchemar, hanté par les photos que sa mère rassemble ainsi que les histoires que celle-ci lui raconte. Traumatisé par le comportement de sa mère, le jeune garçon vit dans la peur, celle de voir les Allemands revenir, celle de la mort, du poids qui repose sur ses jeunes épaules, éprouvé par les souvenirs maternels alors qu’il n’a rien vécu de tout cela, ayant été évacué à temps. Simon va souffrir de ce fardeau et cela va se ressentir sur toute son existence. J’ai particulièrement aimé l’aspect psychologique de cette partie. Sa mère n’aurait certainement pas du peser autant sur lui mais comment blâmer une femme qui a survécu au pire et qui doit affronter seule ce retour à la vie normale?

A l’approche de sa mort, la mère de Simon le fait venir à son chevet et lui extorque une promesse lourde de conséquences: trouver la femme qui les a dénoncés et la tuer! Pour ce faire, Simon n’a qu’un nom – celui d’une ancienne voisine qui s’est depuis longtemps envolée – et une photo. Simon promet et cela va le mener sur une route qu’il n’était pas préparé à emprunter. D’ailleurs, moi non plus. Peut-être que certains devineront les éléments clés de ce roman mais pour ma part, j’ai été baladée du début à la fin. Des colonies de vacances aux routes des Ardennes, de Paris et son appartement ‘musée’ aux villages visités. D’un secret longtemps gardé à la dure réalité. L’intrigue était très bien amenée et j’ai eu beaucoup de peine à m’arrêter: je voulais savoir la vérité et celle-ci ne m’a pas déçue!

Un roman qui se lit donc vite puisqu’il fait moins de 200 pages mais qui ne donne pas le sentiment de manquer de quoi que ce soit. Les personnages sont bien établis, le mystère peu à peu dévoilé et jusqu’à la dernière partie, le dénouement, on est embarqué dans cette quête de la vérité.

NOTE: J’ai mis 17/20, c’était une très agréable découverte qui me donne envie de lire d’autres romans de l’auteur.