LES MILLE ET UNE VIES DE BILLY MILLIGAN

The minds of Billy Milligan (VO) – Editions Le Livre de Poche (Thriller) – 640 pages

RESUMELa police de l’Ohio arrête l’auteur présumé de plusieurs viols de jeunes femmes et croit résoudre un cas facile : les victimes le reconnaissent formellement et celui-ci possède chez lui la totalité de ce qui leur a été volé. Il nie pourtant farouchement. Son comportement étrange amène ses avocats à demander une expertise. On découvre qu’il possède une personnalité multiple. Les 1001 vies de Billy Milligan retrace un cas unique – et rigoureusement authentique – dans l’histoire de la psychiatrie : celui d’un jeune américain souffrant d’un syndrome de personnalité multiple à la fin des années 70.

AVIS: Après avoir découvert Keyes avec Des Fleurs pour Algernon, l’un de mes coups de cœur de 2015, je me devais de poursuivre sur ma lancée et lire une autre oeuvre de cet auteur – comme il n’en a pas écrit des millions, le choix a vite été fait.

A nouveau, Keyes nous emporte dans un univers complexe où la psychologie tient un rôle important. Dans ce cas de figure-ci, il aborde l’histoire d’un personnage réel – Billy Milligan – arrêté à la fin des années 70 et accusé du viol de plusieurs jeunes femmes. Si les faits semblent accabler le jeune homme (il est formellement reconnu par ses victimes et détient tous les objets volés à celles-ci), il apparaît pourtant accablé par cette arrestation et les faits qui lui sont reprochés qu’il nie en bloc. Toutefois, son comportement ne tarde pas à interpeller ses avocats qui planifiaient d’avancer la folie pour disculper leur client, sans se douter que ce qu’ils vont découvrir va bien au-delà de ce qu’ils imaginaient.

L’auteur aborde la maladie de Billy avec intelligence. Il ne paraissait en effet pas si simple d’expliquer et d’imager le comportement singulier d’un jeune homme aux personnalités multiples et pourtant, on ne se perd pas dans le texte, quand bien même les prénoms donnés aux ‘habitants’ peuvent changer d’un paragraphe à l’autre, voire d’une ligne à l’autre. Comme les thérapeutes qui analysent Billy, on apprend à connaitre chacune des personnalités du malade et c’est si troublant qu’ils en deviennent tous des personnages à part entière.

J’ai beaucoup aimé la façon dont se découpe le livre aussi. Entre thriller et biographie, on découvre la scène surréaliste de l’arrestation pour ensuite en apprendre petit à petit davantage sur ce qui a conduit Billy à se dissocier de cette manière. On ne peut s’empêcher d’éprouver une certaine empathie pour le jeune homme tout en comprenant les réactions très variées qu’il suscite au fil de l’histoire. En tout cas, j’ai trouvé l’ensemble intéressant et justement dosé. C’était une exploration de l’humain et de sa complexité dans toute sa splendeur.

NOTE: J’ai mis 17/20, même si ma préférence reste pour Des fleurs pour Algernon, j’ai été happée par l’histoire de Billy Milligan et de ses déboires avec la justice.

 

Publicités